Accueil Syndicat de la magistrature
S'abonner au site   - Accueil > La justice dans l’œil du cyclone
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Paris, le 10 février 2009

Audience disciplinaire de Fabrice Burgaud : un CSM sous pression ?

Communiqués de presse, publié le 11 février 2009, mis à jour le 11 février 2009

Le 18 décembre 2005, sur France 5, l’un des acquittés de l’affaire dite d’Outreau déclarait : « Je trouve assez curieux que les médias mettent autant d’acharnement à me mettre au trou qu’à me mettre au pinacle maintenant ». Lors de la même émission, il ajoutait, s’adressant à un journaliste de la Voix du Nord et à un reporter de France 3 Région,"les juges vont s’interroger, j’espère que vous, vous allez vous interroger".

Après l’audience disciplinaire au cours de laquelle Fabrice Burgaud a répondu des griefs qui lui sont reprochés, une polémique regrettable voit le jour sur le contenu du témoignage de Didier Beauvais, président de la chambre de l’instruction de Douai au moment de l’affaire d’Outreau.

Alors que de nombreuses personnes ont assisté à cette audition, un journaliste de la Voix du Nord n’hésite pas à déformer ce témoignage, en sortant certaines déclarations de leur contexte et en leur attribuant une portée générale stigmatisante pour les habitants du Nord-Pas-de-Calais.

Le Syndicat de la magistrature a toujours considéré qu’après un tel désastre judiciaire, il était indispensable que la Justice tire les enseignements d’une procédure pénale dans laquelle les droits de la défense ne sont pas suffisamment garantis et qui autorise un recours excessif à la détention provisoire.

Mais, au-delà de la nécessaire réforme de la procédure pénale, et d’une réflexion indispensable de la part des acteurs judiciaires, peut-on admettre qu’un quotidien régional qui, deux jours avant le premier procès d’assises de Saint-Omer, indiquait dans ses colonnes (les 2 et 3 mai 2004) « les récits d’enfants sont suffisamment précis et détaillés pour balayer les doutes et exclure une manipulation. Ils reconnaissent une habitation où ils disent avoir été emmenés en voiture pour des séances, ils identifient aussi des personnes habituées du quartier, un prêtre-ouvrier, une commerçante ambulante.... » continue d’user de la caricature sans précaution ?

Le Syndicat de la magistrature rappelle que le CSM doit se prononcer sur le sort professionnel de Fabrice Burgaud dans quelques semaines. Comme nous l’avons rappelé à l’audience, le CSM doit pouvoir travailler en toute indépendance et impartialité, loin de toute forme de pressions, qu’elles soient corporatistes, politiques ou médiatiques.

Syndicat de la magistrature - 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris
Tél. : 01 48 05 47 88 - Fax : 01 47 00 16 05 - contact(a)syndicat-magistrature.org