Accueil Syndicat de la magistrature
S'abonner au site   - Accueil > Actions collectives > Association nationale d’assistance
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Communiqué de l’Anafé - L’imagination au service de la politique du chiffre : et si on refoulait les étrangers en situation régulière ?

L’Anafé dépose un recours contre la note de la PAF du 25 mai 2009

Communiqués de presse, publié le 27 juillet 2009, mis à jour le 28 juillet 2009

Le 23 juillet, l’Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé) a saisi le Conseil d’Etat d’une requête d’urgence,
dite en « référé suspension » de la note de la direction centrale de la
police aux frontières du 25 mai 2009.

Cette note vise les personnes qui résident en France et qui sont
titulaires d’autorisations et de récépissés autorisant leur séjour en
France (malades, membres de familles de français, demandeurs d’asile...).
La conséquence directe de la note attaquée est l’impossibilité pour les
personnes concernées, qui ont eu le tort de quitter temporairement le
territoire, de pouvoir y rentrer. Il leur est opposé l’exigence d’un « 
visa de retour »
qu’elles sont supposées demander aux autorités
consulaires et dont on sait pertinemment qu’elles ne l’obtiendront jamais.

Par ailleurs, il est frappant de constater l’absence d’information à
destination des personnes en situation régulière concernées, qui ont donc
quitté le territoire français en toute quiétude, sans jamais avoir été
informées jusqu’à peu du changement de pratique et du piège qui se
refermerait sur eux.

Et au cas où elles auraient tout de même réussi à prendre l’avion pour
rentrer en France, ces personnes sont placées en zone d’attente et
refoulées, l’entrée sur le territoire étant ainsi refusée à des personnes
« avec papiers ».

Le Conseil d’État s’est déjà prononcé, depuis plusieurs années, sur la
parfaite illégalité de ces pratiques. Pour autant, imperturbablement, et
quotidiennement, la police aux frontières (PAF) continue de violer la loi.

L’Anafé demande donc au Conseil d’Etat de faire cesser ces pratiques.

Syndicat de la magistrature - 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris
Tél. : 01 48 05 47 88 - Fax : 01 47 00 16 05 - contact(a)syndicat-magistrature.org