Accueil Syndicat de la magistrature
S'abonner au site   - Accueil > Défense des libertés > Enfermement
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Construire « 30 000 » nouvelles places de prison est un non-sens humain, économique et juridique

Dossier constitué par 19 organisations, dont le Syndicat de la magistrature

Communiqués de presse, publié le 10 janvier 2012, mis à jour le 10 janvier 2012

Communiqué de presse :

Les députés examinent du 10 au 12 janvier 2012 un projet de loi de programmation relatif à l’exécution des peines.

Emmaüs France et un collectif d’organisations d’horizons très divers, organisations de la société civile et professionnels du monde judiciaire, s’opposent fermement à ce projet de loi qui prévoit entre autres de porter à 80 000 places le nombre de places de prison.

Or, construire 24 397 nouvelles places de prison n’est pas la solution miracle pour lutter ni contre l’insalubrité réelle de certains anciens établissements, ni contre la surpopulation de nos prisons. L’objectif réel de ce projet de loi est bien de faire de la prison la peine de référence et d’incarcérer massivement, y compris des personnes condamnées à de courtes peines. Or cette logique favorise la récidive en rompant les liens sociaux et représente un coût que les gouvernants ne peuvent ignorer !

Cette analyse argumentée, nous l’avons accompagnée de propositions concrètes que vous pouvez découvrir dans le document ci-joint, document envoyé ce jour aux députés. Nous demandons à ces derniers de porter nos propositions, à rebours de la politique sécuritaire sous-tendue par le projet de loi et au nom des valeurs qui nous sont chères.

▶ Premières organisations signataires :

Ban Public / la Cimade / la CGT des chancelleries & services judiciaires / la CGT justice PJJ /
la CGT pénitenciaire / Citoyens et Justice / la Croix Rouge / Droit d’Urgence / Emmaüs France / FARAPEJ /
la Fédération Protestante de France / la FNARS / le Genepi / l’Observatoire International des Prisons /
le Secours Catholique / le SNEPAP-FSU / le SNEPES-PJJ-FSU / le Syndicat de la Magistrature / l’ANJAP

Ci-joint, deux documents d’analyse du projet de loi (un court et un long).

Syndicat de la magistrature - 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris
Tél. : 01 48 05 47 88 - Fax : 01 47 00 16 05 - contact(a)syndicat-magistrature.org