Accueil Syndicat de la magistrature
S'abonner au site   - Accueil > Défense des libertés > Surveillance et fichage
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Etat d’urgence : Garantir notre sécurité en préservant nos libertés. Conférence- débat

Intervention de la secrétaire générale du Syndicat de la magistrature à une conférence organisée à l’Assemblée le 26 janvier 2016

Vidéos, publié le 20 juillet 2016, mis à jour le 20 juillet 2016

Garantir notre sécurité en préservant nos libertés.
Conférence-débat sur la constitutionnalisation de l’état d’urgence

Le 16 novembre 2015, lors de son discours devant le Congrès, François Hollande a annoncé l’inscription du régime de l’état d’urgence dans la Constitution afin de « pouvoir disposer d’un outil approprié pour fonder la prise de mesures exceptionnelles, pour une certaine durée, sans passer par l’état de siège, ni renier les libertés publiques ».
Le projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation prévoit d’inscrire dans la norme fondamentale, en complément de l’article 16 (pouvoirs exceptionnels du Président de la République) et de l’actuel article 36 (état de siège), un nouvel article 36-1 intégrant le régime d’état d’urgence tel qu’il est régi par la loi de 1955. Il prévoit également d’inscrire dans la Constitution la possibilité de déchoir de sa nationalité un binational né français, modifiant en cela l’actuel article 34.

Table-ronde n°1 : L’état d’urgence, premier bilan : efficacité ?
Avec Laurence Blisson, Secrétaire générale du Syndicat de la magistrature et Florian Borg, Président du Syndicat des avocats de France,

Syndicat de la magistrature - 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris
Tél. : 01 48 05 47 88 - Fax : 01 47 00 16 05 - contact(a)syndicat-magistrature.org