S'abonner au site   - Accueil > Justice des mineurs
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Idées fausses sur la justice des mineur.e.s : déminons le terrain !

10 réponses pour en finir avec les préjugés orchestrées par le SNPES-PJJ-FSU, la CGT-PJJ et le Syndicat de la magistrature

Documents, publié le 19 janvier 2017, mis à jour le 19 janvier 2017

Le samedi 28 janvier 2017 se tiendra un colloque « Ordonnance du 2 février 1945 : esprit es-tu là ? Nos ambitions pour une justice des enfants et des adolescent.e.s protectrice et émancipatrice » de 9h30 à 17h30 à la Bourse du travail (Salle Hénaff) 29 boulevard du Temple 75 003 Paris organisé par le SNPES-PJJ-FSU, la CGT-PJJ et le Syndicat de la magistrature. Soutenu par la Ligue des droits de l’homme, l’Observatoire international des Prisons, le Syndicat des avocats de France, la FSU et l’UGFF-CGT. Il reste des places ! inscrivez-vous ! colloqueordonnance45@laposte.net

Ce petit guide en est un prélude...

« Les jeunes d’aujourd’hui aiment le luxe ; ils sont mal élevés, méprisent l’autorité, n’ont aucun respect pour leurs aînés, et bavardent au lieu de travailler. Ils ne se lèvent plus lorsqu’un adulte pénètre dans la pièce où ils se trouvent. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société se hâtent à table d’engloutir les desserts, croisent les jambes et tyrannisent leurs maîtres ». Qui a prononcé cette phrase ? Le dernier candidat déclaré pour les élections présidentielles ? Les promoteurs de la dernière loi sécuritaire réformant la justice des mineurs ?...

Les contemporains de Socrate, qui est l’auteur de ces mots, devaient également penser que les jeunes entrent dans la délinquance de plus en plus tôt, que les filles sont de plus en plus violentes et que des discours et dispositifs sévères sont efficaces pour lutter contre la délinquance juvénile… Autant d’idées fausses qui circulent encore aujourd’hui, surtout dans un contexte de campagne électorale où la question de la délinquance des jeunes est irrémédiablement évoquée et instrumentalisée... Dans ce petit guide, nous vous proposons de les déconstruire.

Là où l’ordonnance de 1945 voyait les enfants comme des adultes en devenir, la multiplication des injonctions sécuritaires à l’égard de l’institution judiciair