S'abonner au site   - Accueil > Syndicat de la magistrature
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Le Syndicat de la magistrature fête ses 50 ans

Retour sur la journée du samedi 9 juin

publié le 14 juin 2018, mis à jour le 14 juin 2018

Le samedi 9 juin dernier, le Syndicat de la magistrature a fêté ses 50 ans.

Ce bel anniversaire a été l’occasion de revenir sur le sens de l’action du Syndicat de la magistrature, au sein de l’institution judiciaire et au-delà : un combat pour juger sans entraves. Forgé comme un clin d’oeil à notre date de naissance, le 8 juin 1968, ce slogan ne signifie pas que nous revendiquerions une liberté effrénée de juger qui s’affranchirait du droit. Il témoigne au contraire des obstacles qui se sont dressés et se dressent encore sur le chemin d’une justice égale pour tous, indépendante et protectrice des libertés. Le SM, première organisation syndicale créée dans la magistrature, s’est érigé il y a 50 ans contre les entraves à l’ouverture de l’institution sur la vie de la cité, afin que la justice joue son rôle dans la régulation des rapports sociaux et dans le fonctionnement de la démocratie impliquant l’égalité des droits. Contre les entraves que constituaient la mainmise de l’exécutif sur la justice et une hiérarchie alors toute puissante et conservatrice, il a arraché des droits nouveaux pour les magistrats.

Libérer la justice de ses entraves, c’est aujourd’hui encore exiger l’indépendance pleine et entière de la justice, militer pour la démocratie interne en juridiction et le respect du principe du juge naturel, s’ériger contre des visées gestionnaires qui contraignent les magistrats à accomplir leur mission dans une perspective uniquement comptable. Juger sans entraves, c’est aussi réfléchir sur la place des dispositifs de contrainte et d’enfermement dans nos pratiques quotidiennes, au pénal mais aussi dans les contentieux civils qui mettent en jeu des libertés fondamentales. C’est interroger les dispositifs architecturaux qui produisent des palais de justice de plus en plus inaccessibles où les personnes sont jugées derrière des hygiaphones ou des écrans. C’est penser l’institution judiciaire au travers d’un prisme plus large que celui qui place l’autorité au coeur de nos métiers, pour préserver les fonctions de protection et promouvoir aussi des formes de justice (ré)conciliatrices.

C’est d’abord au travers des lectures, par nos adhérents, de textes syndicaux et issus de nos archives, anciens et récents, que nous avons revisité l’histoire de nos luttes dans l’institution judiciaire et le mouvement social, et mesuré leur continuité. Nous avons ensuite partagé une représentation de théatre forum, forme collaborative inspirée du théatre de l’opprimé, dans laquelle les acteurs, des syndiqués, ont entrainé le public pour trouver collectivement des solutions aux entraves posées dans l’exercice de l’action syndicale. A 20h, les « goguettes en trio (mais à quatre) » nous ont régalé de leur regard grinçant sur l’actualité politique, en chansons.










Affiche
Programme

P.-S.

Les textes lus lors de la fête et discours sont à télécharger sur les lien et pièce joints.

Syndicat de la magistrature - 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris
Tél. : 01 48 05 47 88 - Fax : 01 47 00 16 05 - contact(a)syndicat-magistrature.org