Accueil Syndicat de la magistrature
S'abonner au site   - Accueil > Indépendance et service public de > Institutions judiciaires
Imprimer cet article | Partager cet article | Télécharger cet article en P.D.F

Lettre ouverte au garde des Sceaux sur les « groupes de travail » créés par la Chancellerie après « l’affaire de Pornic »

Documents, publié le 20 octobre 2011, mis à jour le 20 octobre 2011

Le garde des Sceaux a convié les organisations syndicales de magistrats à participer à deux nouveaux "groupes de travail" - dont la création avait été annoncée après "l’affaire de Pornic" dans le but manifeste de désamorcer la légitime révolte des professionnels de la justice - l’un consacré à la justice civile, l’autre à celle des mineurs, qui doivent respectivement se réunir les 8 et 17 novembre prochains.

Au regard de l’objet totalement illusoire ("orienter la doctrine du ministère"...) de ces groupes dépourvus d’avenir, de l’absence totale de concertation qui a récemment présidé à l’élaboration de textes portant sur... la justice des mineurs (!) et des conclusions pour le moins inconsistantes du groupe de travail sur l’application des peines - créé dans les mêmes circonstances et dans le même but -, le Syndicat de la magistrature a décidé de ne pas se prêter à ce jeu de dupes.

Dans le courrier que nous adressons aujourd’hui au ministre de la justice (téléchargeable ci-joint), nous détaillons les raisons qui fondent notre refus. Chacun pourra se convaincre à sa lecture que cette position rationnelle n’a rien à voir avec la "politique de la chaise vide" qu’on ne manquera pourtant pas de nous reprocher, au nom d’une conception décidément dévoyée du dialogue social. Dialoguer, proposer, peser, oui ; faire semblant d’agir, regarder les trains passés, servir la communication du ministère, non.

Syndicat de la magistrature - 12-14, rue Charles Fourier, 75013 Paris
Tél. : 01 48 05 47 88 - Fax : 01 47 00 16 05 - contact(a)syndicat-magistrature.org